Mon intérêt pour la parfumerie :

Alors si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que j’ai récemment suivi une formation en parfumerie avec Daniel Pescio. Vous vous demandez peut-être : mais qui est il ? C’est un parfumeur créateur indépendant qui a travaillé pendant dix ans dans une grande maison de parfumerie où il composait de nouvelles fragrances. Aujourd’hui il se dirige autant vers la création que la sensibilisation. Il organise des séances de découverte avec des enfants et des adultes et s’applique à éveiller tous leurs sens. 

 

Ce qui m’a poussé à m’intéresser à ce domaine , c’est la problématique des composants très controversés en parfumerie que sont : les phtalates et les muscs de synthèse . Par curiosité et pour y voir plus clair, il m’a semblé nécessaire de me former afin de soulever toutes mes interrogations et me faire ma propre opinion quant à l’utilisation du parfum. Il était important aussi d’apporter à mon public, une information claire et sécure.

 

Je dois avouer aussi qu’en cosmétique il est difficile d’obtenir des produits avec une odeur agréable via l’utilisation des huiles essentielles , j’ai de ce fait eu envie d’explorer les notes olfactives utilisées en parfumerie dans le but de les intégrer  dans la préparation de  crèmes, de lotions etc. Cela me permettra d’observer si les résultats sont concluants.

Le contenu de ma formation :

Il était nécessaire pour moi également d’avoir des informations claires, de manière à ne pas persister dans une vision binaire, où je risquais de rejeter toute la synthèse ! Ainsi, cette formation m’a beaucoup rassuré et m’a permis de réaliser que tout n’était pas à bannir dans la synthèse, et qu’elle peut être en parfaite harmonie avec les molécules issues de la nature.

 

Durant ces quelques jours de formation, j’ai appris à prendre le temps d’identifier  des notes , de les décrire, de les associer à un souvenir , car le sens olfactif est intimement lié à notre cerveau. En immersion dans cet univers, où le temps était à l’arrêt, où les souvenirs étaient en ébullition, j’ai senti ma créativité émerger et me transporter vers un monde imaginaire. Je suis une grande rêveuse, que voulez-vous !

 

J’ai appris que la parfumerie était une grande source de pollution pour l’environnement, de la conception à la vente, notamment avec l’utilisation des phtalates, des muscs polycycliques entre autres. Ces substances représentent aussi un danger pour la santé, de nombreuses études cliniques ont pu établir un lien de cause à effets entre ces substances, et les perturbations endocriniennes et les cancers. Je vous invite à lire l’ouvrage “ La vérité sur les cosmétiques “ de la journaliste scientifique allemande Rita Steins, où elle y détaille les dernières études cliniques liées à la toxicité de certains composants présents dans les cosmétiques et les  parfums.

 

Il faut savoir qu’en Europe, les parfums sont réglementés par le code de pratique de l’IFRA (IFRA est un acronyme qui désigne l’Association Internationale du Parfum. C’est un organisme qui représente l’industrie du parfum à l’international.), obligeant le fabricant à respecter les ingrédients autorisés et à évaluer son produit avant la mise sur le marché. D’ailleurs, cette réglementation n’est stricte qu’en Europe, car au Moyen Orient, en Asie, aux Etats Unis etc ,c’est très différent. Ainsi les seuils de toxicité de certains ingrédients peuvent être dépassés et vous n’aurez aucune traçabilité du produit, ce qui ne vous mettra pas à l’abri d’éventuelles allergies ou effets secondaires ! D’ailleurs, il existe des commerçants ( hors UE) ,  qui prétendent vendre du musc animal pur, mais sans traçabilité, vous pouvez tout bonnement vous faire avoir ! Alors soyez vigilants ! Un parfum conçu en Europe, bien que toxique sur certains points, le sera bien moins qu’un parfum conçu hors Europe !

 

 

 

Je suis personnellement allergique à certains composants allergènes présents dans les parfums conventionnels  et il était important pour moi de ne pas entrer en contact avec les phtalates et les muscs blancs, tant ils provoquent chez moi des sensations désagréables  ( maux de tête, nausées …). J’ ai été rassurée par ailleurs, de découvrir un musc de synthèse non toxique, de la famille des muscs dit linéaires, du nom de Helvetolide. On le qualifie de lacté, fruité, blanc.. il est toutefois différent du musc blanc, qui lui est beaucoup plus fort et entêtant.

 

Un autre point a retenu mon attention . En effet, si tous les consommateurs cherchaient à se tourner complètement vers une parfumerie 100% naturelle, cela épuiserait considérablement les ressources naturelles, les menaçant de disparition . Ainsi , selon moi, le juste équilibre consisterait donc à utiliser le parfum avec parcimonie et opter pour une composition mariant molécules synthétiques et naturelles .

 

Désormais, je m’exerce à formuler et réaliser des tests, pour créer différents univers olfactifs , afin d’affiner mon odorat et développer ma créativité !

 

Voilà, je pense avoir tout dit ! Évidemment je ne suis qu’au début du chemin,  dorénavant , je me documente sur ce sujet, j’écoute des podcasts et je lis des ouvrages autour de l’histoire du parfum, afin de saisir toute la genèse qui entoure la profession de parfumeur ! Et j’ai encore beaucoup à apprendre tant le sujet me passionne !!

 

 

Si vous avez des questions ou des commentaires alors n’hésitez pas !